Donguibogam, Trésor de la Médecine du monde/세계의 보물, 세계최초 의학백과사전 ‘동의보감’-나향미

Donguibogam-동의보감, Trésor de la Médecin du monde 

Le 3 avril 2013, le Centre Culturel Coréen(Directeur Lee Jong-soo),  a présenté le Donguibogam lors d’un cycle de conférences autour de la culture et la civilisation coréenne, Hyangmi Gavart-나향미,  chercher de département de médecine coréenne à l’Université de KyungHee-경희대학 de Séoul, a été invitée.

나향미, Marie GAVART, Rechercher histoire Donguibogam

나향미, Marie GAVART, Rechercher histoire Donguibogam

Cette conférence a permis de mieux comprendre la valeur exceptionnelle et la portée de cet première ouvrage encyclopédique du monde et d’une remarquable richesse de contents.

2013 a été déclarée année du DONGUIBOGAM-동의보감 par l’Unesco.

Ce recueil de livres a été classé au Registre de la Mémoire du Monde par l’Unesco le 30 juillet 2009 lors du 9ème rassemblement du IAC à la Barbade. Quelles sont les valeurs du Donguibogam-동의보감 en tant que Mémoire du Monde de l’Unesco ?

Tout d’abord une preuve d’excellence, d’authenticité et d’universalité. Ensuite, une avance sur l’Occident dans le domaine de la santé publique et de la médecine préventive et enfin, une contribution à l’histoire mondiale de la médecine.

Il s’agit d’une somme de connaissances médicales et de soins curatifs rassemblés par Heo Jun-허준 en 1613 en Corée.

Une commission d’Agence Nationale de l’Edition a été mise en place par ordre royal pour réaliser le DONGUIBOGAM en 1597.

De plus, l’encyclopédie a rassemblé les informations essentielles disponibles à l’époque en faisant référence à plus de 500 ouvrages coréens et chinois issus des archives royales. Autrement dit, ce chef d’oeuvre a réuni un savoir médical essentiel amassé au cours du millénaire, depuis le tout début de la médecine en extrême orient.

Il nous livre nombre d’informations précieuses sur l’évolution de la médecine en Asie mais aussi beaucoup d’éléments sur la médecine préventive et la santé publique, notions dont la prise en compte était, à l’époque, très novatrice. Le centre du sujet n’est pas la maladie mais l’homme. Le mode de la vie est la première clé de la santé et le traitement médicinal est un outil secondaire.

La publication du Donguibagam en anglais est prévue en septembre prochain par le KIOM ( Korea Institut of Oriental Medicine).

Hyangmi Gavart, la conférencière, est en train de préparer une traduction en français avec son équipe franco-coréenne.  YouTube Preview Image

 

세계의 보물, 세계최초 의학백과사전 ‘동의보감’-나향미

 

ACPP

Articles en relation :

SHARE THIS POST

  • Facebook
  • Twitter
  • Myspace
  • Google Buzz
  • Reddit
  • Stumnleupon
  • Delicious
  • Digg
  • Technorati

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*