Sept temples de bouddhistes coréens inscrits sur patrimoine mondial de l’UNESCO

Sept temples de bouddhistes coréens inscrits sur patrimoine mondial de l’UNESCO

SEOUL, 30 juin – La Corée du Sud a ajouté sept temples de montagne bouddhistes à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO samedi, ce qui lui a valu une reconnaissance internationale pour un autre ensemble de sites historiques.

La décision unanime a été annoncée samedi lors de la 42ème session du Comité du patrimoine mondial tenue à Manama, Bahreïn, du 24 juin au 4 juillet. La Corée du Sud a déposé une demande en février dernier pour les sept temples de montagne.

Les temples, tous situés sur les montagnes, comprennent Seonamsa sur le mont Jogye et Daeheungsa sur le mont Duryun, situé dans la province du sud Jeolla; Beopjusa sur le mont Songni et Magoksa sur le mont Taehwa dans la région centrale de Chungcheong; et Tongdosa sur le mont Yeongchuk, Buseoksa sur le mont Bonghwang, Bongjeongsa sur le mont Cheondeung qui sont situés dans le sud de la province de Gyeongsang.

La décision a défié l’attente précédente que seuls quatre des sept – Beopjusa, Tongdosa, Buseoksa et Daeheungsa – seraient répertoriés. Le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), un groupe consultatif non gouvernemental qui effectue une pré-évaluation avant l’appel de l’UNESCO, a recommandé de suspendre la demande pour les trois autres, citant le manque d’importance historique et de petites tailles.

La Corée du Sud a gagné des places pour l’ensemble des sept pays, apparemment grâce à des négociations et une promotion actives, qui ont aidé à obtenir des votes de tous les pays membres à la dernière minute, a déclaré un responsable du dossier.

Le temple Beopjusa법주사 sur le mont Songni, à 180 kilomètres au sud de Séoul. Beopjusa et six autres temples de montagne cherchent à être reconnus en tant que sites du patrimoine mondial.

 

Tous les sept temples ont été établis pendant la période des Trois Royaumes à partir de 37 av. à 668 après J.-C., lorsque Koguryo, Baekje et Silla occupèrent la péninsule et le territoire plus au nord, dans la Chine et la Russie actuelles.

Les temples hébergeaient principalement des salles pour apprendre des scénarios et des doctrines, des espaces de vie pour les moines et les fidèles ainsi que des installations pour mener des rituels.

Candidat à la désignation de site du patrimoine l’année dernière, un responsable de l’Administration du patrimoine culturel coréen (CHA) a déclaré: «Depuis leur création, les temples ont perpétué la tradition du bouddhisme coréen à la fois religieux et profondément ancré dans la vie des gens.

La Corée du Sud détient déjà de nombreuses désignations de sites du patrimoine mondial, dont le temple le plus célèbre, Bulguksa, la grotte de Seokguram, l’ancien palais royal de Changdeokgung et 81 350 tablettes de bois imprimées du Tripitaka Koreana dans le temple Haeinsa해인사.

Le temple Buseoksa부석사 à Youngju, dans la province du Gyeongsang du Nord.

ACPP

Articles en relation :

SHARE THIS POST

  • Facebook
  • Twitter
  • Myspace
  • Google Buzz
  • Reddit
  • Stumnleupon
  • Delicious
  • Digg
  • Technorati

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*