Le chef de la plus grande bouddhiste de Corée s’excuse des corruptions

Le chef de la plus grande bouddhiste de Corée s’excuse des corruptions

bouddhiste Jogye-scandale

 

ACPP) SEOUL, 27 juillet – Le chef exécutif du plus grand ordre bouddhiste de Corée du Sud a présenté des excuses sur une série de scandales impliquant détournement de fonds et corruption, mais a refusé de démissionner immédiatement.

Le vénéré Dis. Seoljeong, le chef exécutif de l’Ordre Jogye du bouddhisme coréen, a déclaré lors d’un point de presse vendredi après-midi qu’il déciderait de sa position sur la demande de démission dès que possible.

“Je ressens une lourde responsabilité d’avoir cette situation difficile”, a-t-il dit. “Je m’excuse sincèrement pour les gens décevants et inquiétants.”

L’homme de 76 ans a été harcelé par une série d’allégations d’utilisation abusive et de détournement de fonds publics et secrètement père d’une fille, en dépit de l’identification publique comme un moine bouddhiste célibataire.

Ven. Seoljeong, le chef exécutif de l’Ordre Jogye du bouddhisme coréen, parle lors d’un point de presse à Séoul le 27 juillet 2018.

Mais il a nié les accusations portées contre lui et a déclaré que toute décision devrait être prise selon les règles de la secte.

“Comme ils ne sont pas vrais, je m’attendais à ce que les doutes soient éclaircis bientôt, je pensais que la vérité allait vraiment sortir”, a-t-il dit. “J’accepterai humblement toute opinion des membres de la secte pour percer la situation actuelle d’une manière sage.”

Le révérend Seoljo, un moine supérieur réformiste, est en grève de la faim pour demander à Ven. La démission de Seoljeong. La grève de la faim a atteint son 38ème jour vendredi, soutenue par des groupes civiques et des membres de la base de l’ordre de Jogye.

Plusieurs groupes bouddhistes planifient également des actions pour rechercher Ven. La démission de Seoljeong et les réformes de la secte religieuse.

Une association nationale de moines bouddhistes a organisé une manifestation de prostration au temple du siège social de Jogye dans le centre de Séoul. Des associations de religieuses bouddhistes et d’étudiants ont également participé à la manifestation.

Cette photo montre le révérend Seoljo lors d’une grève de la faim dans une tente à côté du temple de Jogye dans le centre de Séoul le 19 juillet 2018, exigeant une réforme de la secte bouddhiste traditionnelle.

 

ACPP)

Articles en relation :

SHARE THIS POST

  • Facebook
  • Twitter
  • Myspace
  • Google Buzz
  • Reddit
  • Stumnleupon
  • Delicious
  • Digg
  • Technorati

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*