L’ex-chef de la Cour suprême Yang Sung-tae, présente ses excuses pour le scandale d’abus de pouvoir et à interroger par les procureurs de Séoul

L’ex-chef de la Cour suprême Yang Sung-tae, présente ses excuses pour le scandale d’abus de pouvoir et à interroger par les procureurs de Séoul

ACPP) L’ancien juge en chef de la Cour suprême, Yang Sung-tae, s’est défendu vendredi devant le système judiciaire alors qu’il s’apprêtait à être interrogé par les procureurs sur une série d’allégations dans un scandale grandissant d’abus de pouvoir.

La place de la Cour suprême au sud de Séoul avant l’interrogatoire prévu à 9h30, alors que la sécurité était à l’ordre du jour et que de nombreux manifestants réclamaient sa condamnation.

 

L’ancien juge de la Cour suprême, Yang Sung-tae, s’adresse à des journalistes devant la Cour suprême de Seocho-dong, à Séoul, vendredi, avant de se rendre au bureau du procureur du district central de Séoul pour être interrogé, en tant que suspect, sur son implication présumée dans un scandale d’abus de pouvoir judiciaire. Photo de Korea Times par Choi Won-suk

“Je n’ai moi-même qu’à blâmer pour tout cela. La responsabilité en incombe,” a-t-il déclaré à la presse. “Je suis également profondément désolé pour le public de m’inquiéter des événements qui se sont produits sous mon mandat.”

Mais il a rejeté les affirmations nombreuses selon lesquelles le pouvoir judiciaire aurait été impliqué dans des accusations d’ingérence dans les procès, soulignant que “la majorité des fonctionnaires des tribunaux se consacre à servir le public au nom de la justice”.

“Nous n’avons jamais agi contre notre conscience et la primauté du droit, a déclaré Yang.

Il a également appelé le public à faire confiance à la justice et à regarder l’enquête avec “aucun parti pris”.

“Si (mes fonctionnaires) avaient fait quelque chose de mal, je prendrais le blâme pour cela,

Il est le premier ancien président de la Cour suprême de Corée du Sud à faire face à un interrogatoire de poursuites à titre de suspect. Il fait face à au moins 40 chefs d’accusation, notamment d’abus de pouvoir et de divulgation de secrets d’État.

Articles en relation :

SHARE THIS POST

  • Facebook
  • Twitter
  • Myspace
  • Google Buzz
  • Reddit
  • Stumnleupon
  • Delicious
  • Digg
  • Technorati

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*